L'Iliade d'Homère - Chant XXIV Pointillés
Home 3.jpg Aide 5.gif
loupe 7 zeus.gif Lien Qui sommes-nous.gif
Ms  
10 ©
Achille ne pouvait dormir et dès l'éveil d'Eos, trainait le corps d'Hector autour de la tombe de Patrocle. Les Dieux s'irritaient et Zeus envoya Iris à Thétis et à Priam.
Priam vint avec des présents, voir Achille qui consentit à rendre le corps d'Hector qui fut ensevelit à Troie.
Le camp des Achéens reposait loin des combats, mais Achille se souvenant de son cher compagnon ne trouvait pas le sommeil. Il se leva et erra sur le rivage de la mer. Les premières lueurs d'Eos se répandaient et il attela ses chevaux rapides et liant le corps d'Hector derrière le char, il le traîna trois fois autour du tombeau de Patrocle. Il rentra pour se reposer et laissa dans la poussière le corps du Troyen.
Or Apollon plein de pitié, éloignait du corps toute souillure et le couvrait de l'Egide d'or afin que son corps ne se déchirât point quant Achille le trainait. Et les Dieux avec lui encourageaient Hermès, le tueur d'Argos (Argos aux cent yeux qui surveillait Io) a enlevé le corps d'Hector. Mais Héra, Poséidon et la vierge aux yeux clairs (Athéna) s'y opposaient. Mais quand Eos se leva pour la douxième fois Phoïbos Apollon parla aux Immortels.
Il rappela qu'Hector n'oubliait jamais les offrandes aux Dieux qui aujourd'hui se montraient bien cruels. Sa femme, sa mère, son fils et son père sont privés de rendre les honneurs à son cadavre. Achille reste inflexible, ni bon, ni juste. Héra pleine de colère s'opposa à son propos et interpella qui tous vinrent aux noces de Pélée et de Thétis (dont Achille est le fils glorieux). Mais Zeus fut prit de compassion pour Hector, cher à ses yeux parmi les hommes d'Ilios et sans lui donner meilleur honneur qu'à Achille, il se propose d'appeler Thétis pour qu'elle parle à son fils.
Iris quitta déjà l'Olympe et, entre Samos et Imbros, s'enfonça sous les profondeurs jusqu'à la grotte creuse qui abritait Thétis. Elle lui dit que Zeus voulait la voir et malgré sa peine, elle monta sur l'Olympe. Zeus la pria de voir Achille et de lui indiquer qu'il était irrité contre lui car il n'avait aucun respect pour le corps d'Hector et la douleur de ses proches. Il lui dit également qu'il enverrait Iris voir Priam afin qu'il vienne seul prier Achille en lui apportant de beaux présents afin qu'il se laisse convaincre de restituer le corps d'Hector. 
Thétis descendit dans le camp des Myrmidons et fidèlement transmis les paroles du roi des Dieux, indiquant également à Achille la mission qu'Iris avait auprès de Priam et qu'elle réalisait au même moment. Iris de son côté rassurait Priam le noble vieillard qui tremblait de tous ses membres. Elle lui demande de rassembler des présents susceptibles de fléchir le coeur d'Achille et de venir seul accompagné d'un Héraut pour guider les mulets. Elle précisa qu'Hermès viendrait à ses côtés et qu'Achille ne le tuerait pas, au contraire le protègerait si nécessaire.
Hécube était inquiète et s'opposait à cette démarche, mais lui sentait qu'une Déesse était intervenue et il avait confiance. Il fit préparer par ses fils son char et son attelage ainsi que les mulets et dans une grande corbeille, il fit placer douze péplos magnifiques, douze couvertures simples, autant de tapis, de beaux manteaux et des tuniques, dix talents pesant d'or, deux trépieds éclatants, quatre vase et une coupe magnifique don des guerriers de Thrace. Puis il sortit et repoussa ses fils qui hésitaient à le laisser aller. Hécube souhaita qu'une libation de vin doux soit faite au Père Zeus afin de connaître sa volonté, et Zeus fit envoyer sur la droite son aigle noir tacheté que l'on nomme le chasseur. Priam conforté laissa Idaios conduire le char à quatre roues tiré par les mulets et descendit dans la plaine.
Zeus ordonna à Hermès d'accompagner les deux vieillards. Il chaussa à ses talons les belles ailes immortelles qui le portait sur la mer comme sur la terre comme un souffle de vent. Il prit sa baguette qui ferme les paupières des hommes et rencontra l'attelage sous la forme d'un jeune homme au passage du fleuve après la tombe d'Ilos. Il les accompagna  et devant les portes du camp Achéens, il endormit les gardes et ouvrit le battant des grandes portes. Priam voulut le remercier d'une belle coupe et le Dieu ne voulut point retirer quique ce soit aux présents pour Achille. Arrivé à l'enceinte des Myrmidons, il ouvrit la porte et endormit les hommes, puis se faisant reconnaître, il permis à Priam de pénétrer dans la tente d'Achille.
Priam s'approcha et entoura les genoux d'Achille en baisant les mains meurtrières. Achille en fut troublé et ses hommes furent pleins d'étonnements. Priam évoque le souvenir de Pélée, son père, dont l'âge approchait le sien et qui lui espérait encore le retour de son fils. Mais lui malheureux roi de Troie, il ne savait même pas s'il lui restait un fils parmi les cinquante qu'il avait eu de son épouse et de ses femmes, car un grand nombre avait été tué par Arès (ici nommé en tant que Dieu de la Guerre) et qu'un seul défendait Troie et son peuple. C'était pour lui qu'il était venu et qu'il apportait de nombreux présents pour le racheter.
Et ils pleurèrent ensemble, l'un son père Pélée et son compagnon Patrocle et l'autre son fils bien-aimé Hector. Achille salua alors le courage de Priam qui se déplaçait seul au milieu des Achéens et qui osait soutenir la vue de celui qui lui avait tué tant d'enfants. Il l'invita à s'asseoir, à s'apaiser ensemble, car le deuil ne nous rend rien. Zeus disposait en effet de deux tonneaux, l'un remplit des maux et l'autre des biens et chacun recevait ce qu'il distribuait et même lorsque certains comme Pélée recevait beaucoup de biens, lui qui avait reçu pour épouse une Déesse et qui eut à sa table de noces les Dieux réunis, reçu à son tour une postérité unique qui devrait bientôt mourir sous les murailles de Troie.
Priam se montra insistant et pressé et Achille s'en irrita. Il lui confia que sa mère, la Néréide était venue et qu'il connaissait les volontés des Dieux, qu'Hermès l'avait accompagné lui permettant sans être vu de pénétrer dans le camp. Aussi que le roi de Troie ne réveille pas sa douleur de peur qu'il viole les ordres de Zeus et qu'il le tue.
Achille commanda à Automédon et Alcimos de faire entrer le héraut de Priam, de décharger les présents tout en laissant deux manteaux et une tunique pour envelopper le cadavre. Puis il appela les femmes pour qu'elles lavent le corps d'Hector, le parfument et le revêtissent. Achille le souleva lui-même et le plaça dans un beau char, en songeant à Patrocle et lui promettant sa part des présents qu'il recevait.
"Ton fils t'es rendu" dit-il à Priam et Achille le pria de bien vouloir manger avec lui avant de repartir. Niobé elle-même dans son malheur n'oublia pas de manger, lorsqu'Artémis avait tuée ses filles et Apollon des fils, parce qu'elle avait osé s'égaler à Léto aux belles joues. Et les Dieux avaient ensevelit les enfants et Niobé avait mangé, fatiguée de pleurer. Et maintenant encore bien que changée en pierre au milieu des rochers du Sipyle, elle souffre encore.
Ils mangèrent une brebis blanche que les hommes disposèrent sur des broches et quand ils eurent mangé et bu, Priam admira le grand et beau héros semblable au Dieu. Achille de son côté admirait le vénérable et sage roi de Troie. Priam souhaita dormir un peu et les femmes préparèrent deux lits au dehors et à l'abri des regards afin que nul ne trouble leur tranquillité. Mais avant, Priam demanda à Achille de ne pas combattre pendant le deuil de Troie et ils fixèrent au douxième jour la reprise des combats.
Il se serrèrent la main droite et Priam s'endormit pleins de sagesse, tandis qu'Achille rentrait dans sa tente et s'endormit aussi, Briséis aux belles joues coucha auprès de lui. Hermès le bienveillant, s'approcha de Priam et lui proposa de partir avant que le camp ne s'éveille et qu'Agamemnon ne réclame à ses fils trois fois le prix qu'il venait d'apporter pour le racheter vivant. Priam se leva et ordonna à son héraut de se lever. Hermès attela les chevaux et les mulets et les conduisit en silence au travers du camp sans que nul ne les vit. Arrivé au Xanthos, le Dieu s'envola et rejoignit l'Olympe.
Du haut de la tour de Pergame (Il s'agit du nom de la citadelle de Troie) Cassandre semblable à Aphrodite d'Or, vit son père debout sur le char et le corps de son frère sur le lit funèbre apporté par les mulets. Elle pleura et cria partout dans la Ville et l'on ouvrit les grandes portes pour que tous aillent accompagner le retour du héros. Les premières l'épouse et la mère s'arrachèrent les cheveux en se jettant sur le char et embrassant la tête d'Hector. Mais Priam réclama le passage jusqu'aux riches demeures. Les chanteurs gémirent un chant lamentable auquel répondait les plaintes des femmes.
Andromaque se lamenta et pleur pour son trop jeune fils qui devrait la suivre enlevée par quelque maître féroce, à moins qu'un Achéen furieux de la mort d'un proche, ne précipite l'enfant du haut des tours de Troie. (Andromaque deviendra l'esclave de Néoptolème, fils d'Achille et Astyanax sera précipité du haut des murailles, c'est ce qu'annoncent les pensées d'Andromaque). Hécube à son tour remarque que les Dieux aimaient son fils puisqu'ils l'ont protégé dans la mort. Enfin Hélène qui avait été reçue, il y a dèjà vingt ans, indiqua que toujours Hector fut toujoursbienveillant à son égard.
Priam ordonna qu'on aille quérir le bois dans les montagnes assurant qu'Achille respecterait une trève. Au dixième jour, le vaillant Hector fut placé sur le bucher et on l'enflamma et lorsqu'Eos apparut à nouveau, on rassembla ses os dans une urne d'or qu'on laça dans une fosse couverte de grandes pierres et on acheva le tombeau. Priam invita les Troyens à un repas solennel et c'est ainsi que s'accomplirent les funérailles d'Hector, dompteur de chevaux.