L'Iliade d'Homère - Chant IX Pointillés
Pointillés
Home 3.jpg Aide 5.gif
loupe 7 zeus.gif Lien Qui sommes-nous.gif
Ms  
10 ©
Les Achéens sont accablés. Agamenon propose de rentrer, Nestor de conduire une ambassade auprès d'Achille avec de nombreux présents.
Achille garde sa colère, refuse les offres de Phénix, Ulysse et Ajax. Diomède souhaite la défense des nefs.
Les Achéens sont accablés. Ils savent qu'ils ont perdus et que Zeus est contre eux. Agamemnon lui-même convoque l'Agora et en pleurant prône le retour les plus prompt dans les nefs. Diomède lui répond et le contredit puisqu'à l'Agora ceci est permis, et indique qu'il poursuivra la guerre jusqu'à la chute d'Ilios (Troie construite par Ilos, grand-père de Priam). Nestor à son tour recommande de placer des gardes tout autour des remparts, de manger et de reprendre ensuite l'Agora. Ce qui fut fait.
Lors de la reprise, Nestor reprit la parole et adressa des reproches à Agamemnon pour n'avoir pas suivi ses conseils quand il lui recommandait de ne pas froisser l'honneur d'Achille. Agamemnon reconnut son erreur, voyant bien combien Achille était aimé de Zeus et combien il manquait aux forces grecques. Il promis un butin considérable d'or et d'objets luxueux, sept belles captives de Lesbos, et Briséis elle-même assurant qu'il ne l'avait pas touchée. Et de plus si l'on détruisait Troie, il prendrait en plus de sa part, vingt belles femmes troyennes, et il lui proposerait à son choix l'une de ses filles Chrysothémis, Laodicé ou Iphianassa et il en ferait son gendre et il doterait lui-même sa fille de sept villes illustres et riches. Tout cela lui serait donné si l'acceptait son autorité.
Nestor proposa d'envoyer une ambassade à Achille conduite par Phénix et constituée d'Ajax et d'Ulysse accompagnés des hérauts Hodios et Eurybatès. Et Nestor encouragea chacun à tout mettre en oeuvre pour réconcilier Achille et surtout Ulysse de part ses talents de négociateur. Et tous marchaient en silence priant les Dieux de toucher le coeur du Péléide (Achille fils de Pélée).
Ils arrivèrent au camp des Myrmidons et Achille jouait de la cithare et chantait les exploits et Patrocle seul l'écoutait en silence. Ulysse entra le premier et Achille étonné se leva et Patrocle également. Achille les fit s'asseoir et demanda à Patrocle de préparer un cratère rempli de vin aromatisé. Il mit sur les braises des broches de brebis, de chèvre et de porc qu'Automèdon disposa. Puis Patrocle les déposa sur la table avec le pain. Achille coupa les viandes et tous ayant prié et mangé, Ulysse lui parla.
Ulysse raconte qu'un grand désastre se prépare, que les Troyens sont aux remparts et ont allumé de nombreux feux, qu'ils vont incendier les nefs et qu'eux Grecs, ne savent même pas s'ils pourront les retenir. De plus Zeus lance sa foudre et appuie de son signe les Troyens. Hector est très orgueilleux de sa force et attend Eos pour rompre les éperons des nefs et les brûler tandis qu'il achèvera les Achéens génés par l'épaisse fumée qui s'en dégagera. Puis il rappela que Pélée lui avait dit en partant de Phthie qu'Athéna et Héra lui donneraient la victoire s'il savait réprimé son coeur car la bienveillance était au-dessus de tout.
Ainsi si tu réfrène ta colère qui ronge le coeur, Agamemnon te fera des présents dignes de toi. Et il énumère tous les cadeaux offerts par Agamemnon sans oublier que la vierge Briséis lui sera restituée Enfin si tous ces nombreux présents lui sont odieux venant d'Agamemnon, pense alors aux Panachéns (tous les Achéens) accablés de douleur qui honoreront ta gloire quand tu auras tué Hector.
Or Achille lui répondit en rappelant sa résolution inébranlable et en indiquant qu'il était inutle d'insister. Il rappelle ses combats, ses nuits sans sommeil, les douze villes prises autour de Troie sans avoir pu conserver la part qui lui était attribuée dans son propre butin. Qu'Agamemon se réjouisse de Briséis et qu'il en jouisse ! Pourquoi est-on à Troie si ce n'est pour Hélène, l'épouse volée de Ménélas ? N'avait-il pas droit lui aussi à une femme et lui aussi aimait cette femme, même s'agissant d'une captive. Désormais, Agamemnon ne le trompera plus, car il est averti.
Ainsi dès demain, tous pourront voir ses nefs quitter le sable de la Troade et le troisième jour, il sera à Phthie. Et encore Agamemnon lui offrirait dix à vingt fois plus de richesses qu'il ne changerait pas d'avis. Toutes les richesses peuvent être conquises, mais l'âme qui s'est échappée une fois entre nos dents, ne peut plus être ressaisie ni rappelée.
Achille rappelle enfin que sa mère Thétis lui avait dit que deux Kères lui étaient offertes pour arriver à la mort. S'il restait et combattait autour de Troie, il ne retournerait jamais dans sa demeure, mais il aurait une gloire éternelle, s'il rentrait dans sa demeure, il perdrait toute gloire, mais vivrait très vieux. Il renvoya l'ambassade tout en proposant à son ami Phénix de rester, afin de partir dès le lendemain avec lui.
Phénix raconta comment il était arrivé à Phthie fuyant son père Amyntor car à la demande de sa mère (Cléobulè), il avait séduit la concubine de son père afin qu'il la prenne en horreur. A Phthie, Pélée l'avait accueilli et lui avait confié Achille. Aussi comment pouvait-il faire autrement que de rester avec lui ? 
Cependant, il lui conseille d'apaiser sa colère. "Les Prières filles du grand Zeus, boiteuses, rides et louches suivent à grand-peine Atè (la mère de toutes les Douleurs). Atè est douée de force et de rapidité, mais les Prières la suivent et guérissent les maux qu'elle a faits secourant celui qui les vénère. Mais elle supplie le Père Zeus de poursuivre et chatier par Atè celui qui les repousse.
Il dit encore " Si Agamemnon n'avait pas calmé sa colère, ni fait de présents, je comprendrais que tu ne réfènes pas la tienne, mais il t'as envoyé les premiers chefs des Achéens, ceux qui te sont les plus chers. Ne méprise donc pas leurs paroles, afin qu'ils ne blâment pas ta colère". Et il ranconte une histoire antique.
Il y avait la guerre entre les Courètes et Oenée l'Etolien, roi de Calydon. C'était Artémis qui avait attiré cette calamité parce qu'Oenée avait honoré tous les Dieux et l'avait oubliée. Elle avait suscité un énorme Sanglier sauvage qui causa des maux innombrables et dévasta les champs d'Oenée (Voir le Sanglier de Calydon).
Méléagre le fils d'Oenée tua le sanglier avec toute une troupe des villes voisines. Mais Artémis augmenta la guerre à propos de la hure et de la dépouille de la bête. Tant que Méléagre combattit, les Courètes ne pouvaient pas vaincre. Or Méléagre s'irrita contre sa mère Althée (car ses deux oncles furent tués accidentellement lors de la chasse au sanglier) et il resta auprès de sa femme Cléopâtre. Les Courètes revinrent et déjà envahissaient le ville et tous priaient Méléagre qui restait inactif jusqu'à ce qu'ils atteignent le palais et que Cléopâtre le supplie d'agir et il les sauva tous..
Mais Achille resta inflexible, lui fit préparer un lit et lui dit "Haïs donc celui que je hais." Et il demanda aux ambassadeurs de s'en retourner. Et Ajax prit à son tour la parole et s'adressa à Ulysse. "Allons rapporter cette réponse mauvaise et la colère orgueilleuse d'Achille. Il ne se soucie pas de notre amitié. Celui qui a commit un crime et qui l'a expié ne reste-t-il pas au milieu de son peuple et son ennemi s'apaise ?" Puis s'adressant à Achille, " Les Dieux ont allumé dans ta poitrine une sombre colère à cause d'une seule jeune fille quand nous t'en offrons sept belles autres et de nombreux présents. Prends donc un esprit plus doux, respecte ta demeure, car nous sommes tes hôtes envoyés par la foule des Danaens et que nous désirons être les plus chers de tes amis."
Achille répondit qu'Ajax avait raison, mais que l'Atride (Agamemnon) l'avait outragé au milieu des Danaens, comme il l'aurait fait d'un misérable. Il ne changera pas sa décision et ne luttera avec Hector que lorsqu'il sera devant la porte de sa tente. Et ils s'en retournèrent. Et Patrocle fit préparer le lit de Phénix, Achille s'endormit auprès de Diomèda, la fille de Phorbas qu'il avait amenée de Lesbos et Patrocle se coucha près de la belle Iphis, cadeau d'Achille lorsqu'il prit la haute Skyros, citadelle d'Enée.
De retour à l'Agora, Ulysse raconta combien Achille restait irrité et conseillait au Roi de voir comment il pourrait, avec les autres Achéens, sauver les nefs car lui même tirera les siennes dès qu'Eos viendrait. Alors Diomède expliqua qu'il fallait laisser Achille à son orgueil et qu'il combattrait tôt ou tard quand il lui plaira ou quand un Dieu l'y poussera. Par contre dès l'arrivée d'Eos, il fallait ranger l'armée et les chars devant les nefs, se tenir près au combat et Agamemnon devrait faire partie des premiers. Et ils s'endormirent.