L'Iliade d'Homère - Chant XIII Pointillés
Pointillés
Home 3.jpg Aide 5.gif
loupe 7 zeus.gif Lien Qui sommes-nous.gif
Ms  
10 ©
Zeus est sûr de la force et de la victoire des Troyens. Mais Poséidon s'oppose à son frère, raffermit le courage des Grecs et combat avec eux.
Hector et ses frères, Deiphobe, Hélénos et Pâris d'un côté, de l'autre les deux Ajax, Idoménée et Mérionés.
Zeus poussait Hector et les Troyens jusqu'aux nefs des Achéeens (Grecs), avec à leurs côtés les Thraces, les Mysiens et le dieu pensait que nul désormais n'oserait secourirles Danaens (Grecs).
Or celui qui ébranle la terre (Poséidon) regardait la guerre et les combats assis sur le plus haut sommet de Samothrace. Et il prie de pitié les Achéens. Il prit son char et ses chevaux rapides et il vint le ranger entre Ténédos et Imbros. Il se rendit sur la côte et prenant la forme de Calchas, il parla aux deux Ajax. "C'est vous deux qui sauverez les Achéens, exhortz vos hommes afin de rejeter le Priamide (Hector fils de Priam)".
Et les frappant de son sceptre, il les remplit de force et de courage. Ajax d'Oilée dit au fils de Télamon (l'autre Ajax) que ce n'était pas Calchas qui leur parlait mais Poséidon aux pieds lourds si reconnaissable (il fait trembler) et il se sentait très fort à nouveau. Or Poséidon raffermissait les coeurs des autres Grecs; Teucer, Thoas, Antiloque et bien d'autres. Et les phalanges grecques se reformaient et Arès ou Athéna qui excitent les guerriers en seraient à nouveau fièrs.
Pourtant une foule de Troyens se ruait derrière Hector. Déiphobe avança mais il trouva la lance de Mérionès qui l'obligea à reculer. Teucer tua Imbrios fils de Mentor. Et l'on se battit pour sa dépouille que les grecs gardèrent. Hector perça la poitrine d'Amphimaque, mais devant Ajax, il ne put prendre ses armes. Or Poséidon fut irrité de la mort de son petit-fils (Amphimaque) et il relançait le courage des Achéens et celui d'Idoménée.
Mérionès prend une nouvelle lance et rejoint Idoménée (roi de Crète, fils de Deucalion, peti-fils de Minos) prêt au combat, tel Arès et la Terreur, sa fille bien aimée (Phobos). Et il se porte dans la mélée à gauche, le centre étant tenu par les deux Ajax. Et Zeus voulait donner la victoire à Hector pour exhaucer Thétis (mère d'Achille) et Poséidon s'y opposait en se mêlant lui-même aux guerriers..
Idoménée tua Othryonée qui avait demandé la main de Cassandre (fille de Priam), puis Asios qui venait défendre le chef troyen. Antiloque frappa le conducteur et arrêta le char d'Asios. Déiphobe vengea les Troyens en frappant mortellement Hypsénor, sans pouvoir prendre son armure. Puis c'est Alcathoos, gendre d'Anchise (époux d'Hippodamie soeur d'Enée) qui mourut sous la lance d'Idoménée.
Deiphobe se porta alors vers Enée, pour quérir son aide et venger Alcathoos. Idoménée s'entoura de Mérionès, Antiloque et les siens, de même Enée appela Pâris et Agénor. Et ils se battirent pour la dépouille d'Alcathoos. Idoménée transperça Oinomaos, et Deiphobe tua Ascalaphos, fils d'Arès. Mérionès blessa Deiphobe que son frère Politès secourut rapidement, l'entrainant vers l'arrière, puis dans la ville. Ménélas rencontra Hélénos (autre fils de Priam). Mais blessé Hélénos rentra dans les rangs troyens. Ménélas tua Peisandros et lui arrachant ses armes il dit "Vous ne m'avez épargné ni outrage, ni opprobe, et Zeus détruira votre haute citadelle, car vous êtes venus sans cause, après avoir été reçu en amis, m'enlever, avec toutes mes richesses, la femme que j'avais épousé vierge". (Ménélas rappelle ici l'enlèvement d'Hélène par Pâris)
De son côté Hector ignorait que ses peuples étaient défaits par les Argiens (grecs) et il trouvait face à lui toujours les Athéniens de Ménesthée, les guerriers de Phthie conduits par Médon, les Epéiens de Mégès, Amphion et Dracios, et les deux Ajax. Et Polydamas dit à Hector de tenir un conseil pour savoir s'il fallait poursuivre ou reculer, craignant aussi qu'Achille sorte de sa tente. Et Hector s'aperçut que de nombreux chefs étaient morts ou blessés. Alexandre (Pâris) était seul encore au combat. Hector se porta encore sur Ajax qui lui dit "Tu n'effrayeras pas les Argiens et nous ne sommes pas inhabiles au combat. Le temps viendra où, futant, tu supplieras le Père Zeus." Et à ce moment un aigle vola à sa droite dans les hauteurs. Mais Hector entraina les siens encore une fois dans la mélée.