Les Tragiques - Eschyle - Sept contre Thèbes
Home 3.jpg Aide 5.gif
loupe 7 zeus.gif Lien Qui sommes-nous.gif
Ms  
O7 ©
Cette pièce de 467 av JC est la dernière d'une trilogie du cycle Oedipien après Laïos et Œdipe. Le Sphinx drame satyrique faisait partie de ce cycle consacré à la malédiction des Labdacides. Deux fils d'Œdipe; Etéocle et Polynice se disputent le pouvoir royal de Thèbes. Polynice assiège Thèbes.Sur une place devant le palais de Thèbes, Etéocle rassure le peuple. Les femmes sont angoissées et Etéocle s'irrite de la crainte des Thébaines. Le Messager énumère les sept chefs qui attaquent les sept portes de la ville. Etéocle désigne ceux qui s'opposeront à eux, se réservant Polynice. Le Messager revient. Thèbes a vaincu mais Etéocle est mort en même temps que Polynice. Le choeur chante le deuil des deux frères. La pièce fut complétée par la suite où Créon ordonne de ne pas enterrer Polynice et où Antigone soeur des deux rois, confirme qu'elle le fera. Le Choeur se partage sur les deux points de vue.
Le roi Etéocle s'avance face à la foule "Peuple de Cadmèens ! (Thèbes fut fondée par Cadmos) . . . Voici ce que me dit notre devin (Tirésias) . . . Un gigantesque assaut des Achéens se décidera cette nuit. . .  Bondissez aux créneaux et aux portes fortifiées, tous d'un élan, armés de pied en cap !"
Le roi prie Zeus, les Dieux de la ville et s'adresse même à la Malédiction (invoquée par Œdipe à l'encontre de ses fils sans doute dans la pièce Œdipe), afin que la cité grecque de Cadmos ne soit pas rasée et ne tombe pas en servitude. Entre un Chœur de femmes éperdues.
Oedipe maudissant;Polynice+Baschet++1883+
"Eclate le cri de mon épouvante, de mes immensités d'angoisse . . . Le pilonnements des sabots remplit les plaines de notre patrie ! . . . Qui donc nous protègera, qui donc nous prêtera main-forte parmi les Dieux et les Déesses ?" et le Chœur se prosterne vers les statues divines. Il interpelle Arès, "O Prince, casqué d'Or, daigne tenir sous ton divin regard, la ville dont tu fis un jour ta bien-aimée",(le Dieu de la Guerre, protecteur de Thèbes car Cadmos avait épousé Harmonie, fille d'Arès). 
Le Choeur se tourne vers Zeus "Père, par qui tout s'accomplit", vers Pallas (Athéna) "Fille de Zeus, viens belliqueuse Majesté, pour sauvegarder la ville !", vers Aphrodite "notre lignée t'a pour aïeule" (Harmonie est fille d'Aphrodite), vers Héra, Artémis, Apollon et appelle toutes les Déités du Tout-Secours.
Le roi Etéocle revient et interpelle les femmes;"Vous autres, insupportables créatures ! Vous n'avez rien trouvé de mieux, pour le salut de la ville, pour le moral de nos troupes assiégées, que de vous écrouler devant les statues de nos Dieux suzerains, en hurlant et glapissant, . . . Si une femme domine la situation, c'est une insolence invivable, et si elle prend peur, elle aggrave les malheurs domestiques et civiques. . . Les choses du dehors, cela regarde l'homme: la femme, là-dessus, n'a point à s'en mêler". Et il promet la mise à mort à tous ceux ou celles qui n'obéiraient pas à ses ordres. Et il renvoie les femmes dans leurs maisons, mais avec grande difficulté et promettant de s'adresser lui-même aux Dieux..
Œdipe maudit Polynice Le Messager revient et informe Etéocle du partage des chefs d'Argos devant les portes de Thèbes. Ainsi Tydée rugit vers la porte Proétide, mais le devin le retient (Amphiaraos devin et autre chef). Etéocle lui réserve Mélanippe, fils d'Astacos, descendant de la Semaille d'Hommes (un des hommes semés devenu noble de Thèbes à côté de Cadmos).
SevenAgainstThebes++++
Le géant Canapée attaquera la porte Electrée avec son emblème "Je brulerai la Ville". Etéocle voit qu'il menace même Zeus et qu'il sera perdu par l'excés de ses défis, aussi il lui opposera Polyphonte, dont la force est un rempart. Le troisième chef est Etéoclos qui lancera sa troupe sur la porte Néiste, c'est un preneur de rempart et le Roi de Thèbes lui oppose Mégarée, fils de Créon, lui aussi descendant de la Semaille d'Hommes.
Le quatrième chef sera Hippomédon qui se dirige à grands cris vers la porte d'Athéna Onka. Etéocle désigne Hyperbios, fils d'Oenops, d'autant qu'il avait quelque compte personnel ensemble à régler. Parthénopée, fils d'Atalante, se portera sur la porte de Borée, proche du tombeau d'Amphion, ce tout jeune chef ose arborer sur son écu le Sphinx honte de Thèbes. Etéocle lui opposera Actor, frère de Mégarée.
Sept contre Thèbes
*¹ En fait Etéocle et Polynice avait convenu de succéder à leur père Œdipe, en prenant la royauté de Thèbes tour à tour pendant un an chacun. Etéocle commença et ne voulut pas rendre le pouvoir à son frère. Devant la porte Homoloïs, Amphiaraos le sage, le combattant et le devin, prêt au combat mais en rage contre Tydée et Polynice qui ose attaquer sa propre terre natale. Etéocle rend hommage à ce juste, mélé aux impies et désigne Lasthène pour le contenir. Enfin le septième chef qui combattera pour la septième porte (la porte majeure) sera Polynice avec son écu marqué "Justice" *¹, qui attaquera sa propre ville et qu'Etéocle lui-même défendra, "grand chef contre grand chef, frère contre frère dressé en ennemi contre mon ennemi.". Etéocle se prépare et s'arme mais la malédiction d'Oedipe l'inquiète.
Le Chœur reprend les lamentations. "Je frémis devant la puissance divine . . . Ah ! Rien moins que divine ! Qui abat les Maisons Humaines." Celui qui décide c'est l'étranger, celui qui vient de Scythie, le Fer à l'âme sanguinaire, qui va entre-tuer les frères. Faute qui remonte à Laïos à qui la Pythie avait annoncé de ne pas avoir de fils, pour sauver la cité. Or il engendra Oedipe le parricide qui labourant le sillon maternel *² y fit pousser une tige sanglante. Ayant découvert l'horreur de la vérité, il s'arracha la lumière de son regard et s'indignant du peu de soin que ses enfants prenaient de lui, il leur promit de devoir prendre le fer pour partager leur héritage.
*² Œdipe tua son père Laïos sans le connaître et ayant débarrassé Thèbes du Sphinx qui la terrorisait, il put épouser la Reine Jocaste sans savoir qu'elle était sa mère. Les enfants incestueux Etéocle et Polynice furent maudis.
Par un jeu de théâtre voulu par Eschyle, le Messager rentre à nouveau et annonce le résultat de la bataille sans en exposer les péripéties.
Le Messager s'adressant au Chœur des femmes, "Reprenez courage . . . Tout va bien sur presque tout le front: à six chatelets. Mais le septième, Apollon, l'a choisie pour tirer les dernières conséquences de l'ancienne aberration de Laïos." Et il confirme la mort des deux frères gisants dans la poussière, entre-tués. Le Choeur reprend ses lamentations, "Ils sont morts . . . Sinistres auspices sous lesquels s'est joué un sinistre combat !". Les corps d'Etéocle et de Polynice sont déposés devant le Choeur qui poursuiot, "Double deuil dans nos coeurs, ô double horreur du double meurtre, suicide de la race".
Le Chœur se divise en deux auprès de chaque corps et alterne désormais ses propos, puis ensemble "Las, ils étaient ensorcelés par Celle (la Malédiction d'Oedipe) qui voulait leur perte."
Eteocle;Polynice 3++++
Un épilogue ajouté pose le probléme de l'ordre politique de Créon qui refuse les honneurs funèbres au traitre Polynice et au refus d'Antigone (sœur d'Etéocle et Polynice) d'obéir à un ordre contraire aux lois supérieures.
Un Héraut annonce l'ordre des conseillers du peuple qui ont décidé d'enterrer Etéocle dans sa terre lui qui a eu le courage de défendre sa patrie. Par contre pour son frère Polynice, il sera jeté hors les murs, sans sépulture, pour être la proie des chiens, comme dévastateurdu fief de Cadmos. Avec interdiction de lui donner la moindre forme d'obsèques.
Etéocle et Polynice
Or Antigone, "déclare à ceux qui ont pris la tête de l'Etat, que si nul autre ne veut m'aider à l'ensevelir, c'est moi qui l'ensevelirai; j'en courrai les risques." L'échange qui suit est dur car le Héraut l'invective "Je t'avise de ne pas braver de la sorte un décret d'Etat" et Antigone lui répond "Je t'avise de ne pas m'en signifier qui soient si exorbitants." Le choeur se divise alors, prenant les uns le parti de la sépulture de Polynice car "Ce que prône l'Etat comme étant la juste loi, change avec les temps qui changent." et les autres le parti de la sépulture d'Etéocle qui a protégé la Ville.
Voir  la légende de Thèbes
Légende: en noir le résumé, en noir souligné les intervenants
               
en bleu des citations du texte;
               
en rouge des commentaires.